Initiation musicale Willems® 

Les leçons se déroulent en petits groupes de niveaux et durent de 50 minutes (pour les plus petits) à 1h15 pour les plus grands (degré solfégique).

Une des particularités de la pédagogie Willems est de mêler des séquences analytiques (travail sur une des composantes spécifiques de la musique comme la hauteur du son par exemple, ou la notion d’accélération) et des séquences synthétiques, où toutes les composantes de la musique sont vécues pleinement (chansons, mouvements corporels).

 

Chaque cours d’éducation musicale comprend 4 grands moments : développement auditif et vocal, frappés rythmiques, chansons, mouvements corporels et naturels. C’est la répétition régulière de ces principes, dans la joie et la bonne humeur, qui en permet une imprégnation et une assimilation.

Chant Solal.png

Une progression pédagogique par degrés

La progression pédagogique est construite par degrés. La progression comprend 3 ou 4 degrés, non liés à l’âge mais au niveau de musicalité (ainsi, le 1er degré par exemple, peut durer un an ou 3 cours). Pour des enfants commençant en petite ou moyenne section, un degré correspondra à une année scolaire - mais pour des élèves commençant plus tard, nous pourrons aborder 2 ou 3 degrés en une année.

1er degré : IMPREGNATION

C'est le moment d'introduire et semer les phénomènes musicaux. Le premier degré d’initiation est un palier d’introduction où prime le vécu et l’expérimentation des phénomènes musicaux, dans le but d’éveiller l’intérêt de l’élève, stimuler sa curiosité, faire naître le goût du son. Des séquences variées tendent à développer le sens de l’écoute, stimuler la réceptivité, permettre aux enfants d’imiter, de répéter, d’inventer.

La leçon d’initiation musicale 1er degré permet d’aborder 4 grands moments : 

  • Travail auditif et vocal : distinguer les sons, les timbres, le mouvement sonore ; reproduire un son, un intervalle, une mélodie,  se l’approprier,  inventer ;

  • Travail sur les frappés rythmiques : développer l’élan, la spontanéité, le choc ; vivre des phénomènes comme l’accélération, la vitesse, la lenteur, le départ et l’arrêt, … identifier et reproduire des durées. Commencer à développer une certaine synchronisation dans la motricité. Apprendre à frapper exactement pareil, reproduire, imiter, et inventer. 

  • Chansons : sortir la voix, s’imprégner, se créer et s’approprier un répertoire de chansons, choisies pour leur valeur pédagogique ou pour le plaisir et leur musicalité. 

  • Mouvement : incarner et vivre avec le corps les mouvements de la musique. Suivre un tempo, marcher, courir, sauter, sautiller, tourner, etc… tout ceci permet de ressentir corporellement et de vivre ce qui sera par la suite, plus tard, conceptualisé ;

Carillon intratonal avec petits.png
Cloches.JPG
Mouvement.2.png
Modes rythmiques.png
Les aristochats bis.jpeg

2e degré : PRISE DE CONSCIENCE

Le 2e degré prolonge le 1er degré, avec une prise de conscience des phénomènes et une complexification dans les éléments travaillés (plus d’exigence, de mémoire). La prise de conscience des phénomènes musicaux passe notamment par leur transcription graphique, et le développement de l’association entre le son et l’écrit.

 

  • Travail auditif et vocal : transcription graphique des mouvements du 1er degré ; introduction progressive vers l’écriture et la lecture musicale ; développement de l’exigence sur le sens de l’audition ; affinement du travail de différenciation et classement des hauteurs ; reproduction de motifs mélodiques plus complexes, introduction à la tonalité, inventions mélodiques. Distinction sur des intervalles simultanés.

  • Travail sur les frappés rythmiques : graphiques portant sur les durées, les appuis, introduction à la mesure, à la dynamique de l’interprétation (de plus en plus fort, de moins en moins fort). On joue, on identifie, on note. On lit, on interprète. Développement du sens du tempo. Puis, progressivement, mise en place des différents modes rythmiques, par les frappés : le tempo / le rythme / la mesure / la division du temps ; développement de la coordination, de la synchronisation, de la motricité globale.

  • Chansons : progression, sur des chansons associant le nom des notes, sur des intervalles plus grands ; travail sur les modes rythmiques des chansons ; chanter en marchant, chanter en frappant le tempo, le rythme,… 

  • Mouvements : complexification des mouvements ; réagir à un signal sonore, suivre un mouvement (accélération, …), maîtriser le geste en fonction de la musique. Et de la dynamique. Marcher en comptant, battre la mesure. 

3e degré / 4e degré : MISE EN ORDRE

Le troisième degré est la période de mise en ordre de tous les phénomènes vécus. C'est le stade le plus spécifique de la méthode : celui où se réalise le passage du concret à l'abstrait et qui permet d'appréhender les divers concepts musicaux : ordre des sons, nom des notes, débuts de la lecture de notes, de la notation du rythme, etc. En parallèle du travail qui continue à se faire sur le chant, le mouvement, la finesse de l’oreille et le développement du frappé rythmique, deux phases principales sont travaillées dans ce 3e degré. :

 

Phase pre-solfégique :

Quand la progression par degrés et toute la phase d’imprégnation, d’appropriation et de prise de conscience progressive a été respectée, ce passage à l’abstrait est fondé sur un vécu (physique et affectif), et les concepts musicaux ne sont pas des coquilles vides, mais représentent bien une réalité incarnée dans la développement de la musicalité de l’élève.

La lecture de notes commence par la lecture relative, pour bien faire le lien avec le mouvement du son ; la lecture de rythme suit logiquement le travail fait sur les durées (court / long), sur les chocs, et sur les mouvements.

 

Phase pre-instrumentale :

Le travail de développement de la motricité continue : latéralisation du corps, motricité fine, travail sur les doigts, application instrumentale (entre autres) sur un carillon chromatique. Le carillon (ou metallophone) permet la familiarisation avec le clavier du piano (plus accessible pour une petite taille qu’un vrai clavier de piano, et plus facile car ne faisant pas encore appel au travail des doigts), le travail concret sur la réalisation de chansons, le fait de jouer ensemble, de s’accompagner en chantant, de s’écouter reproduire et inventer.

Les cours de solfège vivant et les cours d'instrument > cliquez ici

  •